Piscine verte malgré le chlore choc : solutions et prévention

Les piscines, havres de fraîcheur et de divertissement, peuvent parfois virer au cauchemar écologique lorsque l’eau se teinte d’une inquiétante couleur verte. Cette métamorphose, souvent attribuée à une prolifération d’algues, déroute même après l’emploi d’un traitement au chlore choc censé rétablir la clarté de l’eau. Les propriétaires se retrouvent alors confrontés à la nécessité de comprendre les causes sous-jacentes et de rechercher des solutions efficaces. La prévention, quant à elle, s’avère essentielle pour maintenir la qualité de l’eau, évitant ainsi les désagréments esthétiques et les risques pour la santé des baigneurs.

Comprendre les causes d’une piscine verte malgré le chlore choc

La piscine verte est un phénomène souvent provoqué par la prolifération d’algues, malgré l’application d’un traitement au chlore choc. L’efficacité de ce traitement peut s’avérer insuffisante si l’équilibre chimique de l’eau est perturbé. Divers facteurs contribuent à ce déséquilibre, notamment la présence de phosphates, véritable nourriture pour les algues, et un taux élevé d’acide cyanurique, qui peut réduire significativement l’efficacité du chlore.

A lire également : Astuces déco pour transformer une chambre en salle gaming parfaite

L’acide cyanurique, stabilisateur du chlore, joue un rôle ambivalent. Bien qu’il protège le chlore de la dégradation sous l’effet des UV, une concentration trop élevée, au-delà de 50 mg/l, peut inhiber son action désinfectante. Vous devez maintenir cette substance entre 30 et 50 mg/l pour préserver les propriétés du chlore.

Le taux de phosphate dans l’eau doit aussi être contrôlé avec attention, surtout après des intempéries telles que des orages, qui peuvent en introduire de grandes quantités. Utiliser un produit anti-phosphate peut être une réponse efficace pour limiter la disponibilité de cette source d’alimentation pour les algues. La piscine verte résulte souvent d’un cercle vicieux où un déséquilibre chimique favorise les algues, qui à leur tour, déstabilisent davantage la qualité de l’eau. Une compréhension approfondie de ces interactions et une vigilance régulière sont essentielles pour maintenir une eau cristalline et saine.

A lire également : Insert à bois : une alternative de chauffage révolutionnaire

Les étapes clés pour rattraper une eau de piscine verte

La première étape face à une eau de piscine verte consiste à effectuer un traitement au chlore choc. Cette action s’avère indispensable pour éradiquer les algues. La seule adjonction de chlore ne suffit pas toujours. Assurez-vous de contrôler le pH de l’eau afin d’optimiser l’efficacité du chlore. Un pH équilibré assure une désinfection optimale et empêche le développement d’algues résistantes.

Après le choc chloré, la filtration se présente comme l’étape suivante. Elle doit être continue, idéalement pendant 24 à 48 heures, pour éliminer efficacement les algues mortes et les débris qui troublent l’eau. L’utilisation d’un produit floculant peut être envisagée pour agglomérer les particules fines, rendant la filtration plus efficace. Ce produit rassemble les impuretés en suspension qui seront ensuite plus aisément capturées par le filtre.

Si le traitement au chlore choc et la filtration ne suffisent pas, ou si l’eau présente une sur-stabilisation due à un excès d’acide cyanurique, envisagez une vidange partielle ou totale de votre piscine. Cette intervention radicale permet de repartir sur une base saine. Combinée à l’application d’un produit anti-phosphate et, si nécessaire, d’un produit algicide spécifique pour lutter contre les algues tenaces, votre piscine retrouvera toute sa clarté. Prenez soin de suivre les instructions du fabricant pour l’usage de ces produits et n’oubliez pas de réajuster l’équilibre chimique de l’eau après tout traitement.

piscine verte

Prévention : mesures et bonnes pratiques pour maintenir une eau claire

Pour éviter la récidive de la piscine verte, un entretien régulier et la surveillance de l’équilibre chimique de l’eau sont essentiels. Contrôlez fréquemment le niveau de chlore, le pH, l’alcalinité totale et la dureté calcique. Gardez un œil attentif sur le taux d’acide cyanurique, qui, rappelons-le, doit rester entre 30 et 50 mg/l pour ne pas diminuer l’efficacité du chlore.

La filtration joue aussi un rôle primordial dans la prévention des piscines vertes. Assurez-vous que le système de filtration fonctionne correctement et pour le nombre d’heures conseillé selon le volume de votre bassin. Nettoyez et vérifiez régulièrement les filtres pour qu’ils restent performants. En période d’utilisation intensive, comme en haute saison, une surveillance accrue est recommandée.

Intégrez dans votre routine l’usage d’un robot de piscine pour maintenir le fond et les parois propres. Toutefois, ce dernier n’est pas recommandé dans un bassin aux eaux troubles car il pourrait disperser les algues et aggraver le problème. Mieux vaut alors privilégier un nettoyage manuel jusqu’à l’obtention d’une eau limpide.

N’oubliez pas d’ajuster votre stratégie d’entretien en période d’hivernage. Une couverture de piscine adéquate, associée à un traitement d’hiver, permettra de conserver une eau claire et de prévenir la formation d’algues. Veillez à réduire les sources de phosphate, notamment après des intempéries, car ce sont de véritables nutriments pour les algues. Un produit anti-phosphate peut être utilisé pour pallier à cette problématique.

ARTICLES LIÉS